5 conseils pour rouler sur la neige comme Sébastien Loeb

Rouler Sur La Neige

Partager :Share on Facebook5Share on Google+0Email this to someone

Conduire par temps de neige est le cauchemar de bon nombre d’automobilistes.

Vous avez sans doute déjà été confronté à cette délicate situation qui vous a procuré une bonne dose d’appréhension rien qu’à l’idée de prendre le volant. Pire, vous avez été surpris en plein chemin par d’importantes chutes de neige recouvrant rapidement la chaussée et vous ne savez pas trop quoi faire pour arriver à bon port en un seul et même morceau.

Si les habitants des régions montagneuses sont relativement habitués à ces conditions, il n’y a qu’à constater la pagaille sur le réseau routier pour s’apercevoir que nous sommes assez peu à l’aise à l’idée de rouler sur la neige. Et dans la pratique il en est de même bien évidemment.

Pour autant, tout n’est pas perdu car il est possible de s’en sortir en adoptant quelques réflexes et bonnes habitudes pour éviter de terminer dans le fossé. Je vais vous partager dans les lignes suivantes quelques conseils et astuces qui vont dans ce sens.

 

Route Enneigée

Avec quelques conseils, conduire sur la neige est possible – Crédit photo : Mr. Nixter

 

1 – Bien équiper son véhicule

Parmi tous ces conseils, il y en a un à appliquer en préventif pour éviter de se retrouver dans une situation délicate. C’est d’ailleurs sans doute le plus contraignant de tous mais sachez que le jeu en vaut la chandelle.

Vous l’avez sans doute compris, je fais référence aux pneus. Bien vu !

Équiper son véhicule des bons pneus est primordial. Par « bons pneus » j’entends des pneus adaptés aux conditions météorologiques hivernales. Il n’y a aucune obligation de le faire mais cela constitue un gain en sécurité non négligeable.

 

De quel type de pneu parle-t-on ?

Il s’agit des pneus d’hiver ou pneus « froids » qui offrent une meilleure adhérence sur les chaussées froides, boueuses ou neigeuses. Ces pneus sont particulièrement recommandés quand la température descend en dessous de 7°C car la gomme ne durcit pas comme celle des pneus classiques.

Les pneus hiver sont facilement identifiables car ils possèdent le marquage « M+S » sur le côté. Si vous n’avez aucune obligation vis-à-vis du code de la route (du moins en France) d’installer ce type de pneu sur votre voiture, les habitants des régions sujettes aux chutes de neige régulières ont tout intérêt à opter pour les pneus hiver.

D’ailleurs beaucoup de pays les ont rendu obligatoires comme l’Allemagne, l’Autriche ou le Luxembourg. Contrairement à la Suisse ou la Belgique qui laissent les automobilistes juger eux-mêmes de leur nécessité ou non.

Pour ce qui est du Québec, les pneus hiver sont obligatoires pour la période allant du 15 décembre au 15 mars pour les véhicules particuliers et les taxis. Dans certains cas, il est possible d’obtenir une dérogation.

Pour aller plus loin sur les critères de sélection de vos pneus hiver, je vous conseille cet article du site BlogPneu.com qui devrait répondre à toutes les questions que vous vous posez à ce sujet.

 

Choisir Pneu Hiver

Opter pour les pneus hiver facilite la conduite sur neige – BlogPneu.com

 

2 – Se mettre à l’aise au volant

C’est un conseil qui peut paraître évident mais il convient d’insister là-dessus tout de même. Quand il fait froid, nous avons tendance à nous vêtir chaudement pour affronter les conditions hivernales.

J’imagine que je ne vous apprends rien.

Sauf que ces tenues qui maintiennent au chaud ont pour inconvénient majeur de rendre plus difficile nos mouvements au niveau des bras et des épaules. Et tout cela est problématique pour assurer une conduite fluide.

Si je ne vous incite pas pour autant de rentrer dans votre voiture en t-shirt, ayez en tête de toujours privilégier des vêtements confortables qui facilitent vos mouvements.

Enlever ses gants est également une bonne pratique pour mieux ressentir les effets de la neige et de la glace sur les roues. Il vous faudra juste vous habituer au ressenti assez désagréable du volant froid sur vos mains. A noter que certains modèles de voiture proposent des volants chauffants. Cela fait un peu gadget mais c’est toujours appréciable d’avoir ses petites mimines au chaud.

Et si on ajoute les sièges massants, on s’approche alors du grand luxe !

 

3 – Manier les commandes en douceur

La douceur est le maître-mot quand vous vous retrouvez à rouler sur la neige. Manier avec précautions le volant et l’embrayage est un bon moyen de garder le total contrôle de son véhicule.

Le comportement des pneus sur un sol enneigé n’est pas le même que sur une chaussée sèche, cela va de soi. L’adhérence se trouve être fortement dégradée par temps de neige, d’autant plus si vous ne vous êtes pas équipé de pneus hiver.

Avant tout chose, adoptez une conduite souple en évitant les « à-coups » au niveau du volant qui auraient pour risque de faire sous-braquer ou sur-braquer la voiture.

Pour ce qui est de l’embrayage la même logique s’applique. Les accélérations doivent être mesurées afin que le couple fourni aux roues ne soit pas trop important. Si vos roues peinent à adhérer au sol au démarrage, vous pouvez directement enclencher la seconde. De manière générale, préférez le rapport supérieur à celui que vous utiliseriez lors d’une conduite habituelle.

Il vous faut toujours garder en tête que vous devez infliger le moins de contraintes possibles à vos roues.

En douceur on a dit !

 

Route de campagne enneigée

Les routes de campagne sont rarement déneigées – Crédit photo : John Spooner

 

4 – Augmenter les distances de sécurité

Là encore c’est du bon sens mais il me faut vous le rappeler. Sur une chaussée enneigée ou verglacée, la distance de freinage est grandement augmentée. Il convient donc d’augmenter la distance entre votre voiture et celle qui vous précède pour vous laisser le temps de réagir si tel était le cas.

Réduire sa vitesse est également indispensable pour garder le total contrôle de son véhicule. Une vitesse de 30 km/h maximum est préconisée pour garder une marge de sécurité.

En plus de cela, il est important de regarder au loin afin de pouvoir anticiper les éventuels obstacles. L’anticipation lors de la conduite sur la neige est essentielle car elle permet d’agir plutôt que de réagir.

Et cela peut éviter bien des pertes de contrôle.

 

Distance Sécurité Neige

Respecter les distances de sécurité est essentiel pour votre sécurité – Crédit photo : Ana

 

5 – Privilégier le frein moteur

L’utilisation du frein moteur est très souvent oubliée quand on est amené à devoir rouler sur la neige. Et c’est bien dommage car c’est un précieux allié. Bien plus que le dispositif de freinage en lui-même.

On retrouve encore cette logique de ne pas imposer trop de contraintes mécaniques sur les roues en les déportant directement sur le moteur lui-même en rétrogradant les rapports.

D’ailleurs plus les rapports sont petits plus cette capacité de freinage du moteur est efficace. Et cela tombe bien car dans ce cas particulier de rouler sur la neige, la vitesse du véhicule impose de rester sur les trois premiers rapports de la boîte de vitesse.

Cette technique, qui permet de préserver le bon état des freins, est très utilisée chez les conducteurs de poids-lourds quelles que soient les conditions météo. C’est aussi le cas chez la plupart des automobilistes mais dans une moindre mesure car beaucoup ont tendance à sur-utiliser la pédale de frein plutôt que le frein moteur.

Pensez donc au frein moteur. Il n’a que des avantages quand on conduit sur une route enneigée.

 

Accident Voiture Neige

L’utilisation du frein moteur peut vous éviter ce genre de mésaventure – Crédit photo : Jenny Lee Silver

 

Restez informés

Maintenant que je vous ai prodigué quelques conseils pratiques pour bien rouler sur la neige, il me faut vous parler du volet « informations ».

A moins de vous retrouver soudainement pris par surprise dans le blizzard, il est toujours préférable de s’abstenir de prendre le volant si des chutes de neige sont annoncées. Il est donc essentiel d’avoir le bon niveau d’informations sur l’état du réseau routier ainsi que sur les prévisions météo.

 

Voici la liste de services francophones faisant état du trafic et de la météo :

France

Trafic : Bison FutéV-Traffic

Météo : Météo FranceAutoroutes.fr

 

Belgique

Trafic : Inforoutes

Météo : Météo Belgique

 

Suisse

Trafic : Touring Club Suisse

Météo : Météo Suisse

 

Québec

Trafic : Transports Québec

Météo : Météo Média

 

Avec ça vous êtes paré pour affronter les routes enneigées.

 

Les conseils distillés dans cet article ne sont à ce stade que théoriques pour vous mais ils constituent une bonne base à appliquer en conditions réelles. Comme vous le savez parfaitement, le fossé entre théorie et pratique est parfois conséquent car beaucoup de facteurs rentrent en ligne de compte.

État de la route, qualité et type des pneus, caractéristiques du véhicule … tous ces éléments font que ces conseils seront plus ou moins efficaces dans votre cas. Le plus important est de bien les avoir en tête si la situation venait à se produire.

Il vous faudra sans doute un peu de temps avant de rouler sur la neige de manière plus sereine mais il ne fait aucun doute que vous y parviendrez avec le temps.

Bonne route et soyez prudent ! :)

 

P.S : Si vous avez d’autres astuces qui ne sont pas indiquées dans cet article, je vous invite à les partager dans le fil de commentaires afin que tout le monde puisse en profiter 😉

 

Photo « A La Une » : Victor (Flickr)

 

Partager :Share on Facebook5Share on Google+0Email this to someone
Recherches utilisées pour trouver cet article : conseil pour rouler sur la neige,frein moteur ou frein sur la neige

Un commentaire

  • Mon conseil est de ralentir bien avant les virages (donc en ligne droite) et lorsqu’il n’y a pas de voiture en face.
    Plusieurs raisons:
    1) si une perte d’adhérence survient et qu’on roule droit, on évite la plupart du temps les conséquences néfastes (si on ne panique pas) puisqu’on continue tout droit
    2) on a plus de temps pour réagir. Par exemple relâcher le frein et recommencer (« pomper ») ou ré-embrayer pour reprendre de l’adhérence
    3) on peut garder une vitesse constante dans le virage: ralentir dans le virage, compte tenu de la masse du véhicule va accentuer l’effet de la force centrifuge
    4) on augmente les distances si la voiture devant ne procède pas de la même manière
    5) Si la glissade se déclenche, on a plus d’options pour tenter de se rattraper voire au pire, selon la situation, de choisir où on sort de la route.
    Ceci est valide autant en frein moteur qu’en frein pédale.

    Par rapport à votre conseil de rétrograder et d’utiliser le frein moteur, je me permets de mettre en garde contre un rétrogradage mal fait à un régime moteur trop élevé: ça peut s’apparenter à un freinage trop brusque et déclencher une perte d’adhérence. Il faut apprendre à rétrograder en douceur et pour cela s’entraîner par conditions normales. Quand la neige est tombée, c’est trop tard! Perso, je pratique de temps en temps le « double débrayage » qui permet d’éviter (s’il est bien fait), l’à-coup d’un rétrogradage avec simple débrayage, mais il faut de la pratique pour le maîtriser et encore une fois, il faut s’entraîner par route sèche pour maîtriser.

    Ralentir n’est pas seulement utile pour éviter les pertes d’adhérence, cela offre plus d’opportunités d’anticipation et de procéder par variations subtiles (la souplesse que vous évoquez). Exemple: si vous roulez moins vite, vous pouvez plus facilement adapter votre vitesse pour dépasser un véhicule bloqué sur la route au bon moment, sasn action brusque (qui vous mettrait en danger).

    Dernier conseil: si vous avez une vitesse correcte, et que vous arrivez sur une bosse avec risque de patinage, il suffit quelques fois de lever progressivement le pied de l’accélérateur au fur et à mesure que l’on sent le patinage se déclencher et en grimpant sur la bosse. Mais si on en arrive là c’est probablement qu’il aurait déjà fallu chaîner!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *