Phénomènes météo

Nuage cumulonimbus asperatus

Partager :Share on Facebook11Share on Google+0Email this to someone

Cette chronique fait partie de mon défi de lire 52 livres de météorologie en 52 semaines

La météorologie : des dictons à l’ordinateur

 

Les phénomènes météo concernent de tout temps les hommes. De l’âge préhistorique à nos jours, ceux-ci ont toujours été tributaires des conditions météorologiques et climatiques. Au fil des époques, des progrès ont été faits dans les domaines de l’observation et de la prévision. Si pendant très longtemps la prévision météo reposait uniquement sur des dictons et l’observation du ciel, celle-ci s’est grandement professionnalisée au cours du 20ème siècle. L’évolution est d’autant plus impressionnante sur les 30 dernières années où les outils informatiques ont permis de faire des prévisions de plus en plus précises et de plus en plus fiables. Si la plupart des phénomènes météo ont désormais une explication scientifique fondée, il reste encore des parts d’ombre sur certains d’entre eux à cause du manque de connaissance sur certains points où il nous reste encore de nombreuses choses à découvrir.

 

Livre phénomènes météo

Titre : Phénomènes météo

Auteur : Jean-Louis Vallée

Éditeur : Nathan (2013)

Pages : 79

Résumé du livre

Les phénomènes météorologiques se produisent dans l’atmosphère où leur conséquences se répercutent jusqu’à la surface du globe. Si la vie est possible sur Terre, c’est grâce à l’atmosphère qui fonctionne comme une couche protectrice en nous protégeant des rayons du soleil. La troposphère, partie basse de l’atmosphère d’une épaisseur d’environ 10 kilomètres en moyenne, est la zone d’action des phénomènes météo. C’est en son sein que se forment les nuages suite à l’ascendance d’une masse d’air qui se refroidit lors de cette élévation. La formation des nuages provient de l’une des causes suivantes :

  • l’ascendance d’air dans une perturbation (ou dépression)
  • l’ascendance due à la convection : le soleil chauffe l’air au sol qui forme des nuages en remontant
  • l’ascendance due au relief : le vent pousse l’air contre une montagne en l’obligeant à s’élever ce qui crée des nuages si l’air est suffisamment chargé en humidité
  • le refroidissement de l’air pendant la nuit (cas du brouillard)

 

L’étude du climat et son évolution au fil du temps intègre les différents phénomènes météorologiques qui se produisent sur l’ensemble du globe. Le climat d’une zone géographique est la moyenne du temps en ce point et est lié aux facteurs :

  • De latitude : plus on se rapproche des pôles, plus il fait froid
  • De proximité des océans : ils possèdent un effet adoucissant et procurent des étés moins chauds et des hivers plus doux qu’ailleurs

 

Le climat concerne également les milieux urbains et étudie les différences entre les villes et la campagne. En effet, l’activité humaine associée au rayonnement des sols goudronnés et à l’absence de végétation provoquent des écarts significatifs avec les zones rurales. De ce fait il découle des comportements et des règles à respecter pour plusieurs points comme l’isolation des bâtiments, l’instauration de parcs urbains ou encore la mise en place de toits végétalisés.

Si l’être humain est concerné face aux conditions météorologiques, que dire des animaux ? Ceux-ci restent très sensibles aux aléas climatiques et se sont adaptés face aux caprices du temps.

 

Les manifestations de l’humidité

L’humidité est une conséquence facilement tangible des phénomènes météo et ce à toute saison. Celle-ci est autant redoutée qu’espérée suivant le contexte dans lequel elle se présente. Un apport d’humidité ne sera pas perçu de la même manière entre un agriculteur luttant contre la sécheresse et un conducteur roulant sur une route verglacée. Outre sa représentation sous la forme de pluie qui est la plus courante, l’humidité peut aussi apparaître sous d’autres formes :

  • Brume
  • Brouillard
  • Rosée
  • Gelée blanche
  • Givre

Le vocabulaire utilisé est parfois un peu déroutant pour le novice qui aura des difficultés à distinguer des phénomènes nommés différemment. Par exemple comment définieriez-vous la différence entre la brume et le brouillard ? Pas si simple n’est-ce pas ?

La brume est un phénomène « sec » qui se produit en toute région et en toute saison. Elle est constituée de particules (cristaux de sel, pollens, poussières industrielles) qui abaissent la visibilité entre 1 et 5 km. En deçà d’un kilomètre de visibilité, on parle alors de brouillard. De manière générale, lorsque la visibilité descend en dessous d’un kilomètre, cela signifie que l’air est saturé de vapeur d’eau sous la forme de micro-gouttelettes.

 

Arbre recouvert de givre

Arbre recouvert de givre – Crédit photo : Thierry Warichet

 

Les nuages

Les nuages sont présents dans tous les types de systèmes météorologiques, qu’ils soient anticycloniques ou dépressionnaires. Ceux-ci sont regroupés dans une classification où il existe 10 genres de nuages :

  • Stratus : nuage bas et gris, proche du sol
  • Cumulus : nuage de beau temps, isolé et lumineux
  • Cumulonimbus : nuage d’orage, très sombre à sa base et s’élevant haut dans le ciel en formant une enclume
  • Nimbostratus : nuage de mauvais temps, sombre étendue, sans contour défini
  • Stratocumulus : couche de cumulus plus ou moins collés entre eux
  • Altocumulus : nuage de moyenne altitude blanc ou gris qui donne un aspect pommelé au ciel
  • Altostratus : nuage de moyenne altitude sous la forme d’un voile blanc laissant passer le soleil
  • Cirrus : nuage de haute altitude fin et blanc formant une virgule dans le ciel
  • Cirrocumulus : fin nuage blanc de haute altitude avec un aspect ondulé
  • Cirrostratus : fin nuage de haute altitude formant un voile peu épais

A ces différents types de nuages on peut ajouter ceux formés par les traînées des avions de ligne (cotra).

 

Les précipitations

Les précipitations se font sous diverses formes suivant le type de phénomènes et la saison à laquelle ces derniers se produisent. On recense :

  • La pluie et les averses
  • La bruine
  • La pluie verglaçante
  • La neige
  • La grêle et le grésil

 

Les orages

L’une des représentations la plus violente des pouvoirs de l’atmosphère sur notre environnement a lieu lors de l’apparition d’orages qui peuvent être par nature destructeurs. Cela se traduit par une multitude de phénomènes physiques ou de réactions chimiques comme :

  • L’éclair et le tonnerre
  • La foudre

 

Coup de foudre lors d'un orage

Coup de foudre lors d’un orage – Crédit photo : Vonderauvisuals

 

Le vent

Faisant partie intégrante des phénomènes météo, le vent possède plusieurs représentations aux conséquences plus ou moins destructrices selon sa nature. Voici quelques unes de ses manifestations triées par ordre croissant d’impact sur l’environnement :

  • La brise de mer, brise de terre
  • Les vents régionaux (mistral, tramontane)
  • Les tempêtes
  • Les tornades

 

Les phénomènes lumineux

On en parle moins que les autres mais les phénomènes lumineux sont également légions lorsqu’il s’agit de parler de météorologie. Toutefois, il peut être assez rare d’en observer car ils demandent le concours de plusieurs circonstances au même moment. On retrouve les phénomènes suivants :

  • Arc-en-ciel
  • Ciel rouge, soleil rouge
  • Halo, Parhélies, Couronne, éventail de lumière
  • Mirage de chaleur
  • Aurore boréale

 

Cadran solaire et station météo

Pour mieux observer les phénomènes météo, l’Homme a créé des outils pour l’aider dans cette quête dont voici les deux principaux :

  • Le cadran solaire
  • La station météo

Si le premier est de moins en moins utilisé (il servait de montre dans le passé), les stations météo connaissent depuis quelques années un essor incroyable, aidé par l’avènement de l’informatique. L’éclosion des nouvelles technologies a permis aux particuliers de s’équiper de leur propre station météo dans leur jardin, chose qui était encore impossible il y a quelques décennies.

 

Cadran solaire

Cadran solaire – Crédit photo : Joe Cunningham

 

Critique du livre

Ce livre dans un format « mini-guide » parfaitement adapté pour l’emporter avec soi sur le terrain est une parfaite mise en bouche pour celui qui désire découvrir ou comprendre simplement et rapidement les phénomènes météorologiques existants.

Après une introduction de quelques pages sur les grands concepts de la météorologie (son évolution, le climat et ses changements, ses effets sur la nature), le livre passe en revue les grandes thématiques de ce domaine.

On peut en revanche regretter l’oubli d’aborder certains phénomènes pourtant jugés incontournables comme les cyclones alors que d’autres beaucoup plus anecdotiques voire rares comme la foudre en boule sont évoqués. Hormis ces quelques oublis, on a une bonne vue d’ensemble de ce que la météo peut nous réserver, que ce soit des phénomènes fascinants comme les aurores boréales ou bien les phénomènes destructeurs comme les tornades ou les tempêtes.

Tout au long de la lecture, j’ai trouvé le texte facile à lire. Cela est facilité par le format adopté : un phénomène, une page, une photo ! C’est clair et concis. Pour creuser un peu plus, il faudra toutefois porter son attention sur des ouvrages plus conséquents mais là n’est pas le but de notre mini-guide. Il se cantonne à son rôle et ne fait rien de plus !

A ce sujet : le format broché sous film plastique est très pratique pour le transport et évite ainsi de détériorer la couverture du livre. C’est vraiment un support que l’on peut emmener partout avec soi. On peut le glisser dans une poche de sac ce qui permet de le garder facilement à portée de main dès que l’on en a besoin. Je l’ai même emmené en week-end avec moi ! L’intérêt majeur de l’avoir sur soi est d’avoir une base de textes et de photos pour nous aider lors de la reconnaissance des nuages. Si les types de nuages exposés dans cet ouvrage sont loin d’être exhaustifs, on dispose des principaux et permet alors de s’exercer en essayant de reconnaître les nuages présents dans le ciel.

Ce livre est facile d’accès et conviendra pour les petits et les grands enfants qui souhaitent mieux comprendre les phénomènes météorologiques. Les personnes plus confirmées pourront en revanche s’ennuyer lors de la lecture car le livre reste assez superficiel et ne rentre pas beaucoup dans le détail (mais ceci voulu par son auteur). J’ai pour ma part pu redécouvrir à sa lecture quelques notions que j’avais oubliées ou qui étaient enfouies loin dans mon esprit. Cela a donc été pour moi un très bon exercice et m’a permis de me remettre à jour sur certains points avant d’attaquer la lecture de livres plus compliqués.

 

Points forts :

  • Très accessible, vocabulaire facile d’accès pour le novice. Les photos sont un véritable atout
  • Format très pratique – possibilité de l’emmener partout avec soi

 

Points faibles :

  • Incomplet – quelques phénomènes majeurs manquants (les cyclones par exemple)
  • Peut-être un peu simple pour ceux qui souhaitent se perfectionner en météorologie

 

Ma note :

 

Lire plus de commentaires sur « Phénomènes météo » sur Amazon.

 

Crédit photo « A la Une » : Dave DeHetre (Flickr)

 

Partager :Share on Facebook11Share on Google+0Email this to someone
Recherches utilisées pour trouver cet article : content,metiorologieet les phénoméne,observer les phenomenes meteo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *