Les secrets de la météorologie

Cyclone Jeanne

Partager :Share on Facebook18Share on Google+0Email this to someone

Cette chronique fait partie de mon défi de lire 52 livres de météorologie en 52 semaines

La météorologie, science de l’atmosphère, nous fascine depuis la nuit des temps par ses manifestations aussi majestueuses que destructrices. Si de nombreux siècles ont été nécessaires pour mieux appréhender ses fondements, c’est principalement dû au manque de connaissances scientifiques des hommes dans ce domaine. Nous avons la chance de connaître une époque où nous avons appris à mieux cerner et anticiper les phénomènes météorologiques. Ces progrès sont dus à une meilleure compréhension des interactions au niveau de l’atmosphère et permet donc de prédire avec des plus en plus de précision le temps qu’il fera.

Livre les secrets de la météorologie

Titre : Les secrets de la météorologie

Auteur : Claude Fons

Éditeur : Jean-Paul Gisserot (1999)

Pages : 31

 

Résumé du livre

La météorologie éveille depuis des millénaires la curiosité des hommes. Si certains pensaient voir une représentation de la colère des Dieux, d’autres ont essayé d’expliquer de manière rationnelle la cause des phénomènes météorologiques. La météo a pendant de longs siècles alimenté bon nombre de croyances populaires – parfois farfelues – mises en valeur par les dictons. Si quelques uns sont fondés car démontrés depuis, la plupart d’entre eux ont été mis à mal avec les progrès considérables réalisés dans le domaine des prévisions météorologiques.

L’atmosphère et ses perturbations

L’atmosphère peut être assimilée à une véritable machine thermique dont le moteur est le soleil. Celui-ci fournit une source de chaleur au niveau de l’équateur qui est la zone la plus exposée aux rayons du soleil. Si la Terre n’était pas en rotation, nous aurions un équilibre thermique entre l’équateur et les pôles. Et qui dit équilibre thermique dit absence de phénomènes météorologiques.

La circulation globale des masses d’air se fait de manière fermée et diffère en fonction de l’hémisphère et de la latitude où l’on se trouve. Ces principes ont été énoncés par les météorologues George Hadley et William Ferrel aux 18ème et 19ème siècles qui ont montré l’existence de cellules de circulation de l’air dans l’atmosphère.

 

Cellules de Hadley

Circulation atmosphérique – Crédit photo : Encyclopaedia Britannica

 

On s’aperçoit donc qu’à nos latitudes tempérées de l’hémisphère nord, la circulation globale s’effectue de secteur Ouest / Sud-Ouest. C’est pour cela que la majeure partie des dépressions qui concernent la France arrivent de l’océan Atlantique.

Les centres d’actions

Les centres d’actions correspondent à des zones de hautes pressions (anticyclones) ou de basses pressions (dépressions) et sont globalement stationnaires géographiquement parlant. On pourra citer le bien connu « anticyclone des Açores » qui doit son nom à l’archipel où il réside la plupart du temps.

Cependant il existe des centres d’actions secondaires qui sont beaucoup plus mobiles et qui se déplacent avec les zones de mauvais temps. Leur positionnement est connu grâce aux cartes météorologiques qui permettent de les identifier clairement.

 

Centres d'action météo

Centres d’actions sur l’Atlantique nord – Crédit photo : Météo-France

 

Les phénomènes météorologiques à petite échelle

Si les centres d’actions constitués d’anticyclones et de dépressions sont des phénomènes de grande échelle, la météorologie traite tout autant des phénomènes de petite échelle. Ceux-ci trouvent leur explication dans la nature du terrain sur lequel on se situe. C’est le cas pour les brises marines et terrestres.

Le jour, l’air dans les terres se réchauffe plus rapidement que celui sur la côte soumis à l’inertie thermique de la mer. L’air chaud ayant tendance à se soulever, celui-ci fait pour ainsi dire de la place à l’air froid du bord de mer. Il se crée alors un flux d’air soufflant de la mer vers les terres. Le phénomène inverse est observé durant la nuit où une brise de terre apparaît alors.

On retrouve d’autres phénomènes locaux qui sont dus au relief. La barrière naturelle constituée par les montagnes oblige l’air à s’élever qui s’humidifie au fur et à mesure de son élévation et qui donne des précipitations. De l’autre côté de la chaîne de montagnes, c’est un air sec et chaud car celui-ci est comprimé en redescendant ce qui le réchauffe et l’assèche. C’est l’effet de Foehn !

 

Effet de Foehn

Effet de Foehn – Crédit photo : Astrosurf

 

Les perturbations tropicales

Les cyclones font partis des phénomènes météo les plus puissants et destructeurs que nous connaissons. Si fort heureusement nous ne sommes pas concernés par eux à nos latitudes tempérées, il est possible que des restes de ces cyclones s’échouent sur nos côtes. S’ils ont perdu alors leurs caractéristiques tropicales, il n’empêche qu’ils restent très violents et peuvent provoquer de nombreux dégâts. Un des exemples les plus connus est l’ouragan de 1987 qui a balayé la Bretagne et le Cotentin.

Les cyclones se forment dans des conditions bien précises à savoir sur l’océan et avec une eau à 26°C au minimum qui agit alors comme du carburant en alimentant le cyclone en énergie. Les cyclones sont nommés alternativement avec des prénoms féminins puis masculins et sont classés à l’aide de l’échelle de Saffir-Simpson.

 

Échelle de Saffir-Simpson

Échelle de Saffir-Simpson – Crédit photo : Keraunos

 

Critique

Parfait pour les novices en météorologie, ce livre est une bonne occasion de plonger dans la science de l’atmosphère. C’est un ouvrage didactique qui se lit très facilement.

On pourra peut être lui reprocher sa faible longueur (le livre se lit en moins d’une heure) qui donne l’impression de survoler certains points. Si tout ce qui traite des perturbations atmosphériques et des centres d’action est bien détaillé, la suite du livre consacrée aux phénomènes locaux et à la prévision est trop succincte à mon goût. Je suis resté personnellement sur ma faim !

Cependant il faut reconnaître que le livre se lit très facilement, en une seule traite, grâce à un effort de vulgarisation évident qui a été effectué par l’auteur. C’est d’autant plus appréciable quand on sait que Claude Fons est ancien ingénieur de Météo-France à la retraite. Il n’est pas tombé dans l’écueil du « syndrome de l’expert » en délivrant un ouvrage facile d’accès avec du vocabulaire simplement choisi et des illustrations claires et aisément compréhensibles.

Je conseille ce livre à tous ceux qui souhaitent découvrir les principes de base de la météorologie afin de mieux les comprendre.

Points forts :

  • Pédagogique, utilisation d’un vocabulaire simple
  • De nombreuses illustrations explicatives (notamment pour les interactions dans l’atmosphère)

Points faibles :

  • Le format « cahier » peu pratique pour la reconnaissance sur le terrain (nuages)
  • Revue partielle et incomplète des phénomènes météorologiques de base

 

Ma note :

 

Lire plus de commentaires sur « Les secrets de la météorologie » sur Amazon.

 

Crédit photo de couverture : Kakela (Flickr)

 

Partager :Share on Facebook18Share on Google+0Email this to someone
Recherches utilisées pour trouver cet article : échelle de saffir-simpson,Météorologie

2 commentaires

  • Pour ceux qui s’intéressent à l’histoire de la météorologie, je signale que Beya Editions vient de publier la première traduction française du fameux « DES METEORES » de Paracelse.

  • Salut!

    Et merci pour cette review.

    Du coup que recommenderais-tu comme ouvrage un peu plus complet mais encore accessible pour un lecteur relativement profane mais passionné.

    Bien à toi,

    Gaetan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *