66 jours dans la Tornado Alley

Tornade Texas

Partager :Share on Facebook50Share on Google+0Email this to someone

Cette chronique fait partie de mon défi de lire 52 livres de météorologie en 52 semaines

Un voyage au pays des tornades

La « Tornado Alley », ce couloir couvrant plusieurs états du Midwest américain est le lieu chaque année à la fin du printemps de l’apparition d’orages pouvant être d’une violence inouïe. Certains d’entre eux accouchent de tornades qui dévastent tout sur leur passage.

 

Ce livre retrace le périple d’un jeune Français passionné par les tornades, Félix, travaillant dans l’audiovisuel en tant que producteur, réalisateur et scénariste. Félix n’est à proprement parlé ni météorologue, ni chasseur de tornades et pourtant il a décidé en 2008 de partir pendant 66 jours dans la Tornado Alley à la rencontre des éléments avec pour but de réaliser son rêve : voir une tornade de ses propres yeux.

 

L’autre intérêt de ce voyage hors du commun est la réalisation d’un documentaire atypique en immersion totale en suivant des groupes de chasseurs de tornades ou de scientifiques mais aussi pour en savoir plus sur le tourisme naissant autour de ces phénomènes naturels.

 

Attention ça décoiffe !

 

66 jours dans la Tornado Alley

Titre : 66 jours dans la Tornado Alley

Auteur : Félix Aaron Bassous

Éditeur : Edilivre Édition Coup de Cœur (2009)

Pages : 392

 

Résumé du livre

Comment ne pas penser aux États-Unis quand on évoque les tornades ? Même pour nous français qui sommes éloignés de plusieurs milliers de kilomètres, chaque année au printemps ou au début de l’été il nous arrive de voir les médias diffuser des images ou des vidéos impressionnantes des tornades sévissant outre-atlantique. On peut se sentir concerné ou non mais il faut au moins reconnaître que cela fait froid dans le dos.

Alors que l’on pourrait penser que tout le monde cherche à fuir ces monstres qui apportent la désolation sur leur passage, il existe une poignée d’irréductibles qui sont au contraire attirés par le côté à la fois mystérieux et gigantesque des tornades. On les appelle les chasseurs de tornades ou « storm chasers » dans la langue de Shakespeare. Ils bravent les éléments en cherchant à se rapprocher au maximum de la tornade pour les photographier, les filmer ou même les étudier.

Pour mieux comprendre cette passion qui peut s’apparenter à de la folie pour le commun des mortels, il devient alors nécessaire de suivre en immersion totale ces fous de tornades. Ne croyez pas que ce sont des locaux de la « Tornado Alley » ! Beaucoup de nationalités différentes sont représentées dans ces chasses aux tornades à tel point qu’un tourisme dédié est en plein essor depuis quelques années.

Cette aventure dans les grandes plaines américaines est une réelle épreuve de force et requiert des qualités certaines : la motivation, la patience, le goût pour le risque et surtout … la passion !

 

Le contexte de cette aventure hors norme

Félix est passionné depuis sa tendre enfance pour les tornades et cette passion a été grandissante au fil des années. Du tourbillon d’eau au fond du bain qui se vide jusqu’au film de référence « Twister » sorti en 1996 qui retrace les péripéties des chasseurs de tornades, chaque moment de la jeunesse de l’auteur renforce un peu plus chaque jour son attrait pour ces phénomènes météorologiques violents. L’arrivée d’Internet durant son adolescence lui a permis de creuser plus en profondeur le sujet ce qui a provoqué la naissance d’un ardent désir, celui de voir une tornade.

Suivant des études dans l’audiovisuel, son autre passion, Félix eut alors l’idée de rapprocher ces deux mondes qui n’ont pas grand chose à voir ensemble au premier regard. Le projet de réaliser un documentaire sur les tornades a alors commencé a germer dans son esprit. Mais pas un documentaire à caractère scientifique vu, revu et re-revu ! Non quelque chose de nouveau et de bien différent. En voici le pitch :

« 66 jours dans la Tornado Alley » raconte l’histoire d’un petit frenchy d’une vingtaine d’années qui part à la rencontre des tornades aux États-Unis dans le but de réaliser son rêve. Cette autobiographie à la fois originale et prenante a pour rôle de le faire évoluer avec des chasseurs expérimentés, des scientifiques et des touristes venus spécialement pour l’occasion.

 

Espérant être accompagné d’une équipe de tournage pour l’aider dans cette entreprise, Félix dut se rendre à l’évidence après avoir essuyé plusieurs refus : soit il abandonnait son projet, soit il partait quand même. Tenant coûte que coûte à réaliser son rêve, il décide finalement de partir seul avec sa caméra sur l’épaule et son ordinateur portable pour alimenter jour après jour un blog spécialement créé pour l’occasion.

 

Photo Paysage Météo

Le photographe météo est toujours prêt à dégainer son appareil

 

Et la science dans tout ça ?

La « Tornado Alley » est la zone des États-Unis où se produisent la plupart des tornades chaque année. Elle se trouve dans les grandes plaines américaines et s’étend entre les Rocheuses à l’Ouest et les Appalaches à l’Est et regroupe principalement les états du Texas, de l’Oklahoma, du Kansas, de l’est du Colorado et du Nebraska. Les autres états limitrophes sont aussi concernés mais dans une moindre mesure. La raison de l’apparition de ces phénomènes météorologiques est le concours de 3 facteurs :

  • La présence d’une grande plaine allant du golfe du Mexique au Canada sur laquelle l’air chaud et humide du golfe peut entrer en conflit avec l’air froid et sec provenant du Canada
  • La provenance d’un air chaud et sec des plateaux désertiques du Sud-Ouest américain
  • La présence des Rocheuses situées à l’ouest des plaines qui jouent un rôle d’obstacle orographique en provoquant un cisaillement vertical des vents en force et en direction

Bien que les tornades peuvent se former à n’importe quel moment de l’année, il existe une période particulièrement propice, appelée « saison des tornades », qui va de début avril jusque fin juin. Cette zone de conflit de masses d’air se déplace du sud vers le nord au fil des mois. Au printemps, la plupart des tornades se développent au niveau du Texas alors qu’à la fin juin les états du nord sont les plus concernés. La zone redescend ensuite vers le sud avec le refroidissement automnal.

 

Localisation de la Tornado Alley

Zone de formation des tornades – Wikipédia

 

La formation d’une tornade

Les tornades se créent à l’intérieur des orages de grande ampleur appelés supercellules. A l’intérieur de ces orages supercellulaires se trouve un courant ascendant tourbillonnaire d’une grande puissance qui répond au mystérieux nom de mésocyclone.

Plusieurs ingrédients doivent être présents pour qu’un orage produise une tornade :

  • Un fort cisaillement vertical en force et en direction du vent
  • Une forte instabilité de la masse d’air (ou énergie potentielle de convection disponible)
  • La présence d’une humidité importante dans les basses couches pour alimenter le courant ascendant
  • Le soulèvement de la masse d’air aidé par l’arrivée d’un front froid, d’un creux barométrique ou d’un courant-jet

Même si tous ces facteurs sont présents, rien ne garantit l’apparition d’une tornade. En effet nos connaissances actuelles sur ce phénomène ne nous permettent pas de prédire avec certitude si une tornade se formera ou pas.

 

Formation d'une tornade

Formation d’une tornade – Zoombd24

 

L’intensité des tornades se mesure grâce à l’échelle de Fujita qui comprend 6 niveaux allant de F0 à F5. Depuis 2007, cette échelle a été améliorée pour mieux prendre en compte les dégâts occasionnés sur des bâtiments répondant à des standards de construction différents suivant les pays. Il devient ainsi plus simple de comparer des tornades américaines avec des tornades européennes.

 

Echelle de Fujita améliorée

Échelle de Fujita améliorée – La Chaîne Météo

 

Les outils des chasseurs

Le radar météorologique est le principal système utilisé pour prévoir l’apparition des tornades. Celui-ci exploite la technologie « Doppler » et permet de détecter les mouvements de particules dans l’atmosphère. Il ne se limite pas qu’à identifier les précipitations et va bien plus loin en rendant possible la détection des mouvements de rotation caractéristiques dans les mésocyclones que l’on appelle signature tornadique de rotation (TVS). La présence d’un TVS ne traduit pas forcément l’apparition d’une tornade et nécessite une vérification sur le terrain par l’observation directe.

Les services météorologiques aux États-Unis ont su développer par la force des choses des compétences de prévisions de tornades bien supérieures aux nôtres. Ceux-ci diffusent en continu, si besoin est, des informations météo et se chargent de prévenir les populations. On peut citer principalement la chaîne de télévision « The Weather Channel« . Du côté des sites internet, les chasseurs de tornades s’approvisionnent sur le site du « Storm Prediction Center » (SPC) qui émet des prévisions à travers des cartes et des graphiques qui traduisent le risque de formation de tornades. Le site du « National Weather Service » (NWS) propose quant à lui des prévisions plus précises car locales et fournit un suivi en temps réel.

 

Rapport de tornades SPC

Carte d’événements associés aux tornades – US Tornadoes

 

Enfin, il existe une communauté de chasseurs de tornades qui s’appelle « Stormtrack » et qui recense sur un forum les discussions sur le temps actuel, les prévisions de supercellules potentielles et les récits des chasses passées.

 

Un périple unique en son genre

Chasser les tornades demande une organisation sans faille surtout quand on vient de loin. La logistique à mettre en place dans les semaines qui précèdent est importante pour le bon déroulement du séjour car une fois sur place tout va très vite. Les imprévus, les mauvaises surprises et les changements de plans sont légion donc autant assurer un minimum ses arrières en sécurisant les choses essentielles comme le budget, la location de la voiture ainsi que les assurances qui vont bien pour garantir une relative quiétude. Pour ce qui est des motels, tout se fait sur le tas car on ne sait jamais à l’avance où l’on va dormir. Seules les conditions météorologiques dictent les déplacements des chasseurs de tornades.

La première partie du voyage dans la Tornado Alley se concentre sur les premiers préparatifs de la suite du séjour histoire de mieux prendre ses marques. Il faut régler le matériel (appareil photo et caméscope), installer les instruments de navigation (GPS) voire de météorologie (PC et radar). C’est aussi l’occasion de se familiariser avec la nourriture locale à coups de donuts, de burger king ou de steakhouse. De la grande cuisine qui promet une mise au régime inévitable au bout de 2 mois !

 

Tornade dans les plaines du Nebraska

Tornade dans les plaines du Nebraska – Crédit photo : UCAR

 

Une fois rôdé, il est temps de partir à la rencontre des éléments en suivant différentes équipes de chasseurs. Ils sont allemands, américains, français, danois, québécois ou encore italiens et sont tous passionnés par les tornades au point de faire des milliers de kilomètres pour espérer en apercevoir une de leurs propres yeux. D’âges différents mais partageant la même passion, c’est un réel plaisir d’évoluer avec eux dans une ambiance de franche camaraderie.

C’est aussi l’occasion d’évoluer au sein d’un « chase tour », un tour operator spécialisé dans la chasses aux tornades, où l’on accompagne des météorologues expérimentés dans un grand van en présence d’autres touristes. Cela permet de se libérer de toute la partie logistique et d’analyse des prévisions météo pour ainsi se focaliser sur l’observation pure des phénomènes.

Dans un autre esprit que les « chase tours », on retrouve des équipes de scientifiques spécialisés dans l’étude des phénomènes météorologiques. La plupart d’entre eux sont étudiants et possèdent cette fougue caractéristique qui leur permet d’approcher au plus près les tornades. Ils bénéficient de moyens techniques considérables mis à disposition par leur école de météorologie. Si vous croisez un véhicule à proximité d’une tornade remorquant un radar Doppler en fonctionnement coûtant plusieurs millions, il y a fort à parier que ce soit eux.

 

Une aventure qui n’est pas de tout repos !

Il se passe énormément de choses pendant 66 jours : des satisfactions, des échecs ou bien encore des imprévus. Au jour le jour, cela ne parait pas forcément énorme mais mis bout à bout, on se rend alors compte de tout ce qui a été accompli dans sa globalité.

Voici quelques chiffres clés de ce périple en guise de statistiques :

  • 8 tornades observées
  • 40 000 kilomètres parcourus
  • 3 830 litres d’essence
  • 8 arrestations par la police (accident, excès de vitesse, sens interdit, feux éteints)
  • 6 voitures de location endommagées (inondation, pare-brise endommagé, carrosserie défoncée, vitres cassées, roues crevées)
  • 2 biches et 1 castor tués (!)
  • 32 heures de vidéos
  • 7 kilos en plus (merci la junk food…)

 

Les chiffres paraissent ahurissants à première vue mais la lecture de ce récit apporte toutes les justifications.

Au-delà de ça, cette aventure est l’occasion rêvée pour rencontrer d’autres passionnés prêts à aider les autres. Cela permet aussi d’échanger ses avis sur les prévisions ou bien de comparer ses photos avec les autres chasseurs dans une compétition dénuée de jalousie.

Critique du livre

« 66 jours dans la Tornado Alley » nous plonge de façon très prenante dans le quotidien des chasseurs de tornades des grandes plaines américaines. Au fur et à mesure que l’on avance dans la lecture du livre, on a vraiment l’impression d’y être, de faire partie de ces équipes qui bravent les éléments. La grande force de ce livre est son côté réaliste qui retranscrit les moindres détails.

Il faut dire que cette aventure est contée d’une manière très simple et naturelle. Ici pas de démonstrations scientifiques, juste quelques pages en introduction de l’ouvrage pour donner quelques éléments d’explications utiles pour la suite de la lecture.

Malgré les 392 pages, j’ai dévoré ce livre en quelques heures. Il est vraiment difficile de s’arrêter une fois que l’on a commencé car on a envie de connaître la suite … et l’épilogue. Le format choisi à savoir le récit jour après jour est réellement adapté et tient en haleine le lecteur. J’ai apprécié le fait que l’aventure soit découpée, de par son organisation, en différentes parties où l’on rencontre plusieurs équipes les unes à la suite des autres. L’auteur a organisé son périple en prévoyant de passer quelques jours avec plusieurs groupes de chasseurs de nationalités différentes. Cela permet donc de renouveler un peu et d’éviter de tomber dans une certaine routine sur ces 2 mois d’expédition.

Ce livre est rédigé de manière très simple ce qui procure une lecture très fluide, comme si c’était un ami qui nous racontait l’histoire. J’ai aussi apprécié le ton employé dans cet ouvrage qui est teinté d’humour sous toutes ses formes. On navigue de l’humour jovial à l’humour noir et à l’autodérision. Les émotions sont bien retranscrites à tel point qu’on en arrive à avoir de la compassion pour l’auteur lorsqu’une chasse de 1000 kilomètres aboutit à un échec total.

L’auteur a eu énormément de mérite de se lancer dans ce projet fou et de n’avoir jamais baissé les bras malgré les nombreux obstacles. C’est réellement un bel exemple de motivation et de pugnacité dont chacun devrait s’inspirer. Dès les premières pages du livre on se rend vite compte que l’aventure ne va pas toujours être une partie de plaisir. Ce côté un peu « à l’arrache » met du piment au récit et ce pour la plus grande joie du lecteur.

Si ce livre est devenu pour moi une référence et l’un des seuls à ma connaissance à traiter le sujet de cette façon, il n’est pas pour autant parfait. Même si le livre ne se veut pas scientifique et axé sur les aspects techniques de la formation des tornades, je suis resté sur ma faim concernant ces aspects là. Alors certes les quelques pages au début fournissent des éléments mais pas suffisamment à mon goût et je pense que ce ressenti sera partagé par tous les férus de chasse à l’orage. Ceci dit, l’auteur affiche de manière complètement transparente et humble sa méconnaissance du sujet et précise bien qu’il n’est ni météorologue, ni chasseur de tornades. Difficile donc de lui en vouloir 😉

J’ai également regretté une petite baisse d’intensité à la fin du récit sur les derniers jours où le sujet principal est un peu mis de côté. Exit la chasse aux tornades au profit des jeux d’argent dans des casinos où l’auteur souhaite nous faire partager sa passion pour le poker. On reste néanmoins compréhensif au vu de la difficulté à garder un niveau de motivation élevé sur plus de 2 mois. Après plusieurs dizaines de milliers de kilomètres avalés, il aurait tort de se priver de se changer les idées :)

Je conseille sincèrement ce livre à tous les passionnés de météorologie mais aussi à ceux qui aiment l’aventure. Le fait qu’il soit très facile d’accès permet à chacun de profiter au mieux de cette expédition dans la Tornado Alley. C’est aussi une occasion rêvée de découvrir ou de mieux connaître cette passion un peu particulière qui consiste à aller défier les éléments quand la plupart ont tendance au contraire à les fuir 😉

Si la traque des tornades vous passionne, je ne peux que vous conseiller de regarder la série « Rendez-vous in Tornado Alley » qui retrace les aventures de plusieurs frenchies dans les grandes plaines américaines. Que ce soit en termes d’action, de suspense ou de pédagogie, vous serez servi :)

 

Points forts :

  • Livre très agréable à lire dans un style simple teinté d’humour
  • Ouvrage immersif, prenant, on s’y croirait presque
  • Donne un bon aperçu de ce en quoi consiste la chasse aux tornades

 

Points faibles :

  • Peut-être pas suffisamment d’explications les concepts techniques (formation des tornades, matériel utilisé, etc.)
  • Baisse d’intensité à la fin du récit avec moins de focus sur la chasse aux tornades

 

Ma note :

 

Lire plus de commentaires sur « 66 jours dans la Tornado Alley » sur Amazon.

 

Crédit photo « A La Une » : Kelly DeLay (Flickr)

 

Partager :Share on Facebook50Share on Google+0Email this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *