5 conseils pour rafraîchir son logement pendant la canicule

Température canicule

Partager :Share on Facebook18Share on Google+0Email this to someone

La période estivale apporte régulièrement son lot de vagues de chaleur pouvant dépasser parfois le seuil de canicule. La sensation désagréable de lourdeur qui y est associée nous suit alors partout dans tous nos déplacements ce qui provoque des répercussions physiologiques sur le corps humain. S’il est impossible d’agir sur la température extérieure, il existe en revanche des solutions pour garder au mieux la fraîcheur dans les habitations. Dans cet article, je vais vous en donner 5.

Mais c’est quoi une canicule ?

La définition telle qu’elle est donné par les météorologues indique que le terme « canicule » traduit la diminution de l’amplitude thermique entre le jour et la nuit. Concrètement, la chaleur s’accumule plus rapidement qu’elle ne s’évacue.

On parle de canicule quand une vague de chaleur dépassent les deux types de seuils suivants :

  • Seuil d’intensité
  • Seuil de durée : 72 heures

La définition de canicule diffère selon les secteurs car, si le seuil de durée défini est le même quelque soit l’endroit, le seuil d’intensité est lui spécifique à chaque région. Il existe un seuil d’intensité pour les températures minimales (Tn) et un autre pour les températures maximales (Tx).

Investissez dans un thermomètre

Avant de parler des astuces à mettre en place, je vous conseille de faire l’acquisition d’un thermomètre. Celui-ci sera de préférence numérique pour faciliter la lecture et avec une précision de 0.5°C au minimum (au mieux 0.1°C). En fait l’idéal est d’investir dans deux thermomètres : un pour l’intérieur et un autre pour l’extérieur. Il est facile de s’en procurer pour moins de 10-15€ l’unité. Il existe aussi des petites stations météo (à partir de 50€) qui permettent d’afficher toutes ces informations agrégées sur un seul écran.

Pourquoi cette recommandation ? Tout simplement pour évaluer de manière précise la différence de température et ainsi adapter votre stratégie de rafraîchissement en fonction.

Thermomètre sonde

Thermomètre In/Out – Crédit photo : Helsingborg

 

1 – Installer une climatisation chez soi

C’est une méthode efficace mais on peut y trouver des choses à redire.

Tout d’abord, cela a un coût financier. Cela va de 300 à 5000€ ce qui n’est pas rien. Sans compter la consommation électrique. De plus je trouve que cette solution de facilité est un peu égoïste pour les voisins qui n’en disposent pas car cela contribue à renforcer l’effet « îlots de chaleur » (la clim rejette de l’air chaud à l’extérieur) ce qui est encore plus le cas en agglomération.

Le ventilateur n’est lui aussi pas une solution envisageable car celui-ci ne fait que brasser de l’air et apporte tout au mieux une légère sensation de fraîcheur qui disparaît passé un certain seuil.

 

2 – Aérer durant les heures fraîches

En règle générale, en périodes de fortes chaleurs, les heures les plus fraîches se situent pendant la nuit et surtout au petit matin avant que le soleil ne se lève. C’est pendant ce créneau qu’il faut aérer son logement pour y faire rentrer de l’air plus frais.

Pour une meilleure efficacité, il est judicieux de créer un courant d’air entre ouvrant les fenêtres de plusieurs pièces accélérant ainsi le rafraîchissement.

Attention quand même dans les milieux urbains : Le rayonnement des surfaces (revêtements des rues, les pierres des immeubles, etc.) provoque une baisse du mercure beaucoup plus lente que dans des zones rurales. En effet, pendant la journée, les différents revêtements en ville « absorbent » l’énergie solaire et la restituent pendant la nuit sous la forme d’infrarouge. C’est ce qu’on appelle le rayonnement solaire. Il faut donc au préalable bien s’assurer que l’air extérieur est plus frais que celui à l’intérieur.

A Paris par exemple, il est fréquent d’avoir pendant un épisode caniculaire des températures qui restent supérieures à 30°c à 22 heures passées alors que l’on relève quelques kilomètres plus loin en banlieue des températures de 5 à 10°C inférieures.

 

3 – Limiter les sources importantes de chaleur

On n’y pense pas forcément mais rafraîchir son logement peut aussi consister à éviter de le réchauffer inutilement. Les appareils électriques sont la principale source de chaleur avec en tête l’électroménager. Le four, les plaques de cuisson et le frigidaire sont des équipements qui rejettent de la chaleur. L’objectif n’est pas d’arrêter leur fonctionnement mais de les utiliser à minima pour ne pas rajouter quelques dixièmes de degrés superflus. On peut également citer d’autres équipements comme la TV et les ordinateurs qui contribuent eux aussi à ce réchauffement. Ne pas oublier aussi l’éclairage qui y participe aussi.

 

4 – Fermer les volets en journée

Cela peut paraître être une solution radicale qui donne l’impression de vivre reclus chez soi mais c’est diablement efficace. Les volets fonctionnent comme des boucliers contre la chaleur et les rayons du soleil. Le bois et le PVC étant de très bons isolants, les volets bloquent toute cette énergie et l’empêchent de pénétrer dans le logement.

L’inconvénient majeur si vous êtes chez vous à ce moment là est de devoir compenser le manque de lumière du jour par l’utilisation de l’éclairage ce qui donne cette impression d’enfermement. Soumis plus régulièrement aux fortes chaleurs, les habitants du sud de la France sont adeptes de la méthode. C’est une habitude à prendre :)

Dès que le soleil se couche et que la température extérieure devient inférieure à la température intérieure, les volets peuvent être alors rouverts pour faire rentrer de l’air frais. A combiner donc avec l’astuce numéro 2 pour optimiser le rafraîchissement.

 

5 – Déshumidifier vos pièces !

Beaucoup de sites ou journaux conseillent l’utilisation d’un brumisateur ou de linges humidifiés. D’autres indiquent de passer sa serpillière sur le sol pour donner une impression de fraîcheur. C’est une grosse erreur ! Si une certaine impression de fraîcheur apparaît, ce n’est que temporaire car l’humidité amenée va provoquer une certaine lourdeur qui sera vite insupportable. L’humidité joue un rôle important quand il fait chaud. A températures égales, l’impression de chaleur sera beaucoup plus présente dans une pièce avec un taux d’hygrométrie de 50% que dans une pièce à 40%.

Très peu utilisés en France, des indices de chaleur ont été créés outre-atlantique pour quantifier ce ressenti. Il en existe 2 principaux :

  • L’Humidex (au Canada)
  • Le Heat Index (ou indice de chaleur aux États-Unis)

Ces indices sont calculés à partir de la température et du taux d’hygrométrie ambiant (ou bien aussi à parti du point de rosée). Ils ne sont pas tout à fait équivalents l’un par rapport à l’autre mais traduisent tous deux la même sensation.

Pour illustrer mon propos, voici un exemple : une pièce est à une température de 25°C avec un taux d’hygrométrie de 40%. Son humidex est alors de 26. Cette même pièce (toujours à 25°C) avec un taux d’hygrométrie de 60% voit son humidex grimper à 30.

 

Table Humidex

Table de l’indice Humidex

 

Attention : ce sont des indices donc ils sont sans unité. On serait tenté de les considérer en degrés mais ce n’est pas correct.

Revenons à nos moutons : on voit donc bien l’importance de préserver un environnement sec pour atténuer la sensation de chaleur. Un taux d’hygrométrie entre 40% et 50% est la cible à atteindre. Pour ce faire, il faut faire appel à un déshumidificateur actif ou passif qui va littéralement aspirer les particules d’eau présentes dans l’air ambiant. Ne pas oublier de vider régulièrement le réceptacle.

La clé du succès : l’association

Personnellement j’affectionne tout particulièrement les astuces 2 et 4 utilisées de manière combinées.

Voici comment je procède : je ferme systématiquement les volets dès que les rayons du soleil tapent sur les fenêtres afin de limiter la hausse du mercure à l’intérieur. Je ne les rouvre qu’en début de soirée une fois le soleil couché. À ceci il faut également ajouter la phase d’aération du logement lorsque la température extérieure devient inférieure à celle de l’intérieur. Pour un meilleur brassage, dans la mesure du possible, faire un courant d’air en ouvrant les fenêtres du plusieurs pièces pour faciliter le rafraîchissement.

Et vous, quelles sont les astuces que vous mettez en pratique ? Les trouvez-vous efficaces ? N’hésitez pas à faire part de vos astuces dans le fil de commentaires 😉

 

Partager :Share on Facebook18Share on Google+0Email this to someone

3 commentaires

  • Bon article !
    J’applique aussi les méthodes 2 et 4. Je rajouterai la méthode « personne dans la pièce », souvent appliquée à la chambre à coucher, si on en a la possibilité bien sûr.

  • Sympa l’article.
    Il y a aussi une technique de climatisation système D que j’ai utiliser pour refroidir une chambre de bébé durant l’été 2013.
    Ventillo puissant et bouteilles d’eau sorties du congel… Placer les bouteilles devant le ventillo et laisser tourner une heure avant de coucher bébé

    • Effectivement, le système D à de beaux jours devant lui ! 😉

      Bien vu l’association bouteilles congelées + ventilateur, je n’y avais pas pensé. Et cela doit être bien plus efficace que la simple serviette humidifiée que beaucoup déposent sur un ventilateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *